Mouhahahaha, se faire twa, la boule à zéro, faire son big chop, qui, de celle qui s'est fait défrissé n'y a jamais pensé ? Enlever cette tignasse de cheveux défrisés et tout recommencer avec des cheveux vierges et sains, comme cette femme en direct sur cette vidéo (cliquez ici), faire sa Britney Spears avec la cock dans les narines en moins quoi...

Snapshot_20100906_2

Au moment où j'écris ce post j'avoue que j'y pense plusieurs fois par jour... Je suis vraiment motivée. J'ai un peut peur de la tête que j'aurais, mais surtout de la tête que mon homme aura pour vous dire vrai... :/
En faite, je suis déjà passé à l'acte quand j'étais plus jeune, à 13 ans, parce que j'en avais mare qu'on se fiche de ma tignasse au collège. J'avoue que ça a été une très mauvaise expérience, car j'ai fais mon big chop dans un salon où la coiffeuse était la caricature de l'arrogante peste blédarde (pourtant c'était quand même un salon Kan***a). Ma mère était partie faire un tour car elle n'avait pas approuvée et pensait que ça allait prendre du temps... Ben nan ; ça n'a même pas duré 5 minutes, la nana m'a fait assoir, à commencé à se marrer, à parler blédard avec sa collègue, puis m'a coupé les cheveux à l'arrache en se marrant. avec la première paire de ciseaux... Je crois qu'en moins d'une minute c'était fait. J'avais les cheveux sales et de toutes les longueurs. Moi, en mode ado victime, j'ai pas osé ouvrir ma bouche, surtout que les mamas comme ça, quand j'avais cette âge, m'impressionnaient. Quand ma mère et arrivé, elle m'a tout simplement dit "je t'avais dis que ça t'irait pas !', j'ai rien dis, et je l'ai très mal vécu, surtout au collège... J'en ai eu mare, je savais pas comment les entretenir, j'en avais assez des moqueries, donc, j'ai redéfrisé... Et nous voilà maintenant...

Aujourd'hui, je ne suis plus une ados, même si ça me va moins, je suis sûre que j'apprendrais à l'aimer, même mieux, et le premier qui me fait un commentaire, il faudra qu'il prenne rdv chez le dentiste (nan je déconne pas, chui super susceptible au sujet de mes cheveux). Le regard des autres, m'en fiche, du moment que je m'aime comme je suis. Mais le regard de mon chéri, ça m'importe, et je ne sais pas du tout comment il prendrait la chose. Il m'a connu avec de longs cheveux lisses, et petit à petit,  il m'a vu me transformer en une sorte de rasta mutant, hahaha).

msn

Honnêtement, et sans rire, ça sevrait être pris en charge par la sécu !! Se faire big choper, c'est une transformation physique lourde pour une femme, ça se prépare aussi psychologiquement, car on peut très mal le vivre, et je sais de quoi je parle. Quand on est seule et qu'on a personne qui comprenne ce genre de problème autour de nous, car tout se passe à merveille dans leur système capillaires, on se sent incomprise et seule, on ne sait pas quoi faire, et sujette aux bêtises et on est vulnérables aux conseils mal données. C'est un peut comme sortir du placard. Je pense que dans beaucoup de cas, même si ce n'est le même problème, la souffrance et le ressentie sont les mêmes. Comme exemple aussi, un transsexuel qui vas changer de sexe et s'interroge sur les conséquences et les résultats de sa transformations... Bon, stop les comparaisons homo, on parle de cheveux ou quoi ?

nonigasa5B15D0

By Kimy, alias Metisslicious